Au jardin

Publié le par Claude

Dans cette rubrique, vous trouverez des informations diverses, sur les plantes sauvages ou cultivées, les arbres, les travaux de jardinage, etc.. mais plutôt liées à notre Commune.
Vous pouvez contacter NEB pour faire part d'informations ou de questions.

Vous pouvez également nous envoyer des photos de plantes ou d'animaux qui illustrent la biodiversité de notre commune.

Un Pic vert ( picus viridis) photographié par Francine dans son jardin.

 

Au jardin


Des sites d'informations sur les plantes et leur culture :

www.aujardin.info
nature.jardin.free.fr
     
http://www.jardiner-autrement.fr/
N'oubliez pas le site de Claude et Marie-Jo : http://mariejoclaude.over-blog.com/

Et les sites des producteurs

 

Un bel arbuste à fleurs :  le Flamboyant d'Hyères ( Sesbania punicea)

C'est un magnifique arbuste fleurissant en été, un peu frileux surtout quand il est jeune, mais en protégeant sa base on garantit qu'il repoussera.
On le trouve assez facilement en pépinière, il faut privilégier les gros sujets.
Celui de mon jardin a déjà passé 3 hivers sans trop souffrir.

Photo prise un 15 août :

 

 
Au jardin

Le Fuchsia grimpant
(Fuchsia regia)

C'est un fuchsia à petites fleurs, mais il en fait beaucoup. Son grand intérêt est d'être peu gélif et de pousser vigoureusement. On peut le palisser, et il peut dépasser 3m de haut. Autre atout, son feuillage est pratiquement persistant. Il fait des graines, mais pour le multiplier, le bouturage est aisé. De plus il ne semble pas sensible à la maladie des fuchsias.

Autre intérêt (pour les gourmands) ses fruits noirs sont comestibles, avec un bon gout de myrtille

Voir  par exemple : https://www.lesdoigtsfleuris.com/index.php/2015/06/08/fuchsia-rustique/

 

Au jardin

Le climat de Saint Brevin autorise l'essai de plantes un peu gélives, qui doivent être protégées si l'hiver est "rigoureux". Par contre de nombreux bulbes ou grosses racines ne gèlent pas dans la terre.

Vous pouvez planter le magnifique Amaryllis belladonna, à tige fleurie solitaire en fin d'été, les feuilles arrivent après la fleur (rose). Les Crinum sont également intéressants, le Crinum X powellii a des fleurs roses qui durent peu mais les tiges repoussent.

Un beau liseron bleu à grandes fleurs : l'Ipomea learii (ou indica) a une racine qui persiste, il est donc vivace. C'est une plante très vigoureuse et très florifère, qui peut grimper dans un arbuste, une grille...

Au jardin
Au jardin

De nombreux arbustes peuvent pousser ici avec une petite  protection hivernale, si nécessaire :

Le Caesalpinia gilliesii (ou Poinciana) dit aussi "oiseau de paradis" est un petit arbuste qui n'est pas très vigoureux, mais ses fleurs méritent notre patience.

Le Cassia (ou Senna) corymbosa doit être protégé au pied, car si le bois gèle, il repousse vite. Il fleurit tout l'été et plus si le temps est propice.

 

Au jardin
Au jardin
Au jardin

Les cyprès sont très présents à Saint Brevin, mais avec peu d'espèces.

Le cyprès du Bhoutan (Cupressus cashmeriana) pousse très bien à Nantes. Il pousses également depuis peu dans mon jardin. Il a un feuillage bleuté et un port retombant, c'est un arbre magnifique.

 

Au jardin

Pin de Corée - Pinus koraiensis

Dans mon jardin on trouve 2 pins de Corée. Ils sont issus de graines semées il y a environ 12 ans et sont encore sont peu élevés (environ 2m) car transplantés et à croissance lente au début.
Ce sont des pins à 5 aiguilles, tandis que les pins maritimes sont à 2 aiguilles, ils sont proches des pins Cembro (ou Arole) qui poussent en montagne. et, comme eux, ils poussent en montagne, mais en Asie et sont très résistants au froid.. Comme les pins Cembro, ils font des pignons de belle taille et gouteux. Leurs aiguilles sont "bleutées" tandis que les Aroles sont verts

N'ayant jamais vu de vieux exemplaires, je ne sais pas ce qu'ils vont devenir ici avec le temps. Pour le moment ils poussent bien, ils résistent à la chaleur et à la sècheresse. Ils n'ont pas de chenilles ( pas encore ?).  Les aiguilles étant très souples, on peut penser qu'ils ont une prise au vent assez faible donc peu tendance à tomber. A suivre...

Quelques sites qui en parlent :
https://arboretum8gabrielis.wordpress.com/1275-2/18-pin-de-coree/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pin_blanc_de_Cor%C3%A9e
https://www.wwf.fr/especes-prioritaires/pin-blanc-de-coree

Au jardin

Les palmiers à Saint Brevin

Dans cet article en cliquant sur les liens vous pourrez obtenir des informations complémentaires.

D'abord un peu de botanique, les palmiers sont classés dans les monocotylédones, ce qui veut dire que ce ne sont pas des arbres comme les conifères ou feuillus,leur tronc, quand ils en ont un, est appelé "stipe" c'est une tige remplie de moelle ou de fibres, ils n'ont pas  de branches mais des palmes, qui selon les espèces  sont en éventail  ou longues  comme une plume ou intermédiaire entre ces deux formes,(costapalmées), ils forment la famille des arécacées (Arecaceae)  qui comporte de très nombreuses espèces. Souvent les palmiers sont dioïques : il existe des plants mâles et des plants femelles, ils ne peuvent fructifier que si les deux sexes sont voisins.

Les palmiers ont une grande importance économique, de nombreuses espèces donnent des produits utiles ou comestibles, raphia, rotin, cire de carnauba , dates noix de coco, coprah, huile, pousses comestibles, farine (sagou), fruits divers (voir açaï ), jus sucrés...  Le "bois" et les feuilles sont également utilisés. Sans oublier qu'ils sont très décoratifs et utilisés aussi bien en intérieur qu'en extérieur.

 

Certains palmiers (ex: cocotier) "perdent" leurs palmes, qui tombent, d'autres les gardent sèches sur le tronc, ce qui n'est pas très esthétiques (il faut les couper). La plupart poussent en climat chaud, tropical ou sub-tropical, mais pas tous. Le climat "océanique"  de notre commune  est assez lumineux, et plutôt tempéré, peu froid en hiver (même avec le flux d'air "Moscou-Paris"), juste venteux. Il convient parfaitement à quelques espèces.

 

On trouve déjà de nombreux palmiers dans les jardins, mais les espèces plantées sont peu nombreuses.

 

Le plus courant est le " palmier de Chine" ou "palmier chanvre" dont le nom est Trachycarpus fortunei . Ici il ne risque pas de geler car il  peut pousser jusque dans le nord de la France, il supporte des températures négatives de l'ordre de -18 °C

Malheureusement , il se résume souvent à un grand bâton surmonté d'un petit plumeau, lamentable. Et pourtant il peut être magnifique... quand on sait qu'il pousse en montagne, et qu'il lui faut un bon sol et de l'eau. Un peu d'engrais en plus et on a un beau palmier, dont les feuilles en éventail ne sont pas épineuses. C'est un palmier de taille moyenne, dioïque, avec un tronc qui reste de petit diamètre, recouvert de crin sauf à la base quand il prend de l'age. Il existe d'autres Trachycarpus  qui devraient pouvoir pousser ici.

Autre palmier planté ici : le Chamaerops humilis  ou palmier nain, qui pousse en touffe car son tronc fait des rejets, collés au tronc. très rustique, assez décoratif avec ses palmes en éventail, les tiges sont épineuses. Il en existe des variétés horticoles dont cerifera et argentea qui ont des palmes gris-bleu.

Depuis quelques années des palmiers plus fragiles ont été plantés, comme le Dattier des Canaries (Phoenix canariensis) , qui risque de perdre quelques palmes si la température est trop basse, en dessous de -8 °C , mais si le sujet est assez gros, il repousse du coeur. Il en existe de très beaux exemplaires ici, dont un magnifique à l'entrée du parc du Pointeau. C'est un palmier dioïque de grande taille, avec de grandes palmes en forme plumes, dont la base est garnie d'épines longues et pointues, dont il faut se méfier quand on coupe les vieilles palmes. Il fait des fruits non comestibles. 

Autre espèce plantée ici : le Butia capitata plus rustique que le précédent, plus petit, mais très décoratif avec ses palmes du type plume, arquées et bleutées. Ses fruits sont comestibles. Il existe d'autres Butia,  intéressants  car également rustiques qui mériteraient d'être plantés, assez voisins du capitata : Butia catarinensis, eriospatha, yatai, gigantea.

Certains ont planté des  Washingtonia filifera, grand palmier avec des palmes en éventail, à moins que se soit Washingtonia robusta, mais visiblement, ces plantations souffrent du froid, filifera serait plus rustique. Mais ils sont encore petits. Un très bel exemplaire de Washingtonia existe à la pépinière " La maison du bananier" à Couéron.

Il est évident que d'autres espèces peuvent réussir sous notre climat. Il faut planter des sujets assez gros, (mais pas trop, car leur reprise serait longue) ou les protéger nettement quand ils sont petits, car si le cœur gèle, le palmier est mort.

Voici une liste non exhaustive de possibilités :

 Palmier bleu du Mexique (Brahea armata) : Un magnifique palmier, de taille moyenne,  assez rustique, le stipe (tronc) est massif, unique, jusqu’à 15 mètres de hauteur et 45 cm de diamètre. Sa floraison est magnifique, grande grappe pendante blanches.  Il en existe des exemplaires à Saint-Nazaire.

Cocotier du Chili ou palmier du Chili, Jubaea chilensis : Un grand palmier, de pousse lente au début, et à protéger du froid quand il est petit, mais rustique. Il est imposant avec son tronc gris. Il fait des fruits, des petites noix de coco, comestibles mais selon la littérature il faut attendre un peu (40 - 60 ans, avant de le voir fleurir). Ses hybrides doivent être également superbes et rustiques.

Les Sabal :
Sabal palmetto  C'est un palmier de taille moyenne à grande, dont les palmes sont "en éventail fendu" dites costapalmées. Les palmes sont de grande taille et non épineuses. Voir également ici.
Il résiste bien au froid (-12°C) et aime l'humidité, il résiste à la salinité. Ses fruits noirs sont comestibles. Belle image ici
Sabal minor et sa variété "Louisiana"
Un palmier très rustique, sans tige ou avec un stipe court (2m). Les palmes sont grandes et identiques au précédent.

Les plants vendus en pépinière sont d'autant plus douteux que certains Sabal sont vendus sous le nom de palmetto minor et Il existe aussi les Sabal mexicana et  bermudana assez rustiques, et d'autres.

Les Phoenix
Déjà courant à Saint Brevin, le dattier des Canaries, pourrait être remplacé par un autre dattier rustique, le Phoenix theophrasti, palmier de Crète, plus rustique que celui des Canaries et plus rustique que le vrai dattier .
Il fait des rejets, comme le vrai dattier, et donne des dattes moins appréciées que les "vraies".  
Et pourquoi pas tenter de planter un vrai dattier le Phoenix dactylifera. Sans doute moins décoratif que celui des Canaries, mais c'est un très beau palmier.

Trithrinax campestris
C'est un petit palmier épineux, à palmes rondes bleutées, qui pousse sur des sols ingrats. Très décoratif.
On peut tenter aussi le brasiliensis, un peu moins rustique.

Nannorrhops ritchieana (voir aussi http://www.france-palmier.com/especes-rustiques/nannorrhops-ritchieana.htm et  pour la photo :https://www.truffaut.com/produit/nannorrhops-richtiana-silver-hauteur-30-40-cm-conteneur-10-litres/53634/25223)

Petit palmier très rustique, de croissance très lente, supporte des températures allant jusqu'à -20 °C. Il en existe deux variétés, une variété aux feuilles vertes, et une aux feuilles argentées. Il semble que la première soit plus résistante au froid que la deuxième

Le stipe comprend plusieurs tiges qui peuvent atteindre 10 mètres de longueur et 25cm de diamètre. Les troncs sont massifs et gris. Ils ont tendance à ramper sur le sol.
Les feuilles sont costapalmées et font environ 1 m de large. Elles ont une couleur glauque ou verte. À leur extrémité, les segments rigides se divisent en deux parties. Le pétiole, qui est vert et lisse, mesure environ 1m.

 

Serenoa repens est un palmier nain, de 1,5 à 2,5 mètres de hauteur, la plupart du temps rampant, à croissance lente, formant des colonies.

Très résistant et rustique, croissance lente. Propriétés médicinales.

 

Rhapidophyllum hystrix

Palmier aiguille ou palmier porc-épic, il possède un petit tronc (1,5 m) mais des palmes de plus de 2m avec de grandes feuilles raides en éventail. Il porte sur ses pétioles de longues épines noires qui lui ont valu son nom. Rustique jusqu'à -20°C. Pousse en touffe, très ornemental.

 

Un mot sur les ennemis des palmiers.

 

Depuis plusieurs années maintenant, les palmiers de la Côte d'Azur sont malades et le principal responsable est le charançon rouge.
Cet insecte est présent en France depuis 2006 et à Nice depuis 2011. La zone concernée par ce fléau dépasse largement la côte azuréenne et s'étend sur tout l'arc méditerranéen.
Or, ce ravageur mérite bien son surnom de "tueur de palmier" : il vit en colonie à l'intérieur du palmier et le détruit pour se nourrir.
Plus précisément, il pond des œufs par centaine et les dépose en général au niveau des palmes centrales de la tête du palmier.
Ces œufs deviennent ensuite des larves qui mangent les fibres du palmier et font de gros dégâts dans sa partie supérieure. Elles peuvent même provoquer sa mort lorsque le bourgeon terminal est atteint.
Comme si ce fléau ne suffisait pas, un autre ravageur détruit actuellement les palmiers en Méditerranée : le Sphynx du palmier, un papillon dont le nom scientifique est Paysandisia archon.

 

En conclusion de cette revue, il apparaît qu'il existe de nombreuses espèces qui mériteraient d'être introduites ici, sans grand risque de gelée, et sans doute encore à l'abri des ravageurs, toutes sont décoratives par leur feuillage persistant et en général résistant au vent. Les floraisons peuvent ajouter un attrait. Leur principal défaut est de croître lentement, donc d'être coûteuses..

 

 

Pour en savoir plus et trouver le palmier le plus adapté à votre jardin, vous pouvez consulter entre autres, les sites suivants :

 

 

https://www.lamaisondubananier.com/263-palmiers-et-mediterraneennes

https://www.promessedefleurs.com/arbustes/palmiers/palmiers-de-a-a-z.html

https://www.tropicaflore.com/rustiques-en-climat-froid/

http://www.france-palmier.com/exterieur/2-rustiques.htm

https://www.aujardin.info/plantes/palmiers-bananiers-cycas.php

https://www.achat-vente-palmiers.com/fr/44-palmiers-faciles-pour-le-nord

http://www.fousdepalmiers.com/

 

Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin

Nos mimosas

 

C'est beau un mimosa en fleur. Ils sont nombreux à Saint Brevin. Mais d'où viennent-ils ? Quel est leur nom scientifique ? Combien d'espèces trouve-t-on ici, et ailleurs ?

Ils sont connus pour avoir le gros défaut de faire des rejets sur leurs racines, d'être envahissants, et on n'ose pas en planter.

 

Le vrai nom des mimosas est "acacia" (alors que le nom des acacias est robinier (Robinia pseudoacacia). Ce sont de petits arbres frileux, ils peuvent geler à différentes températures selon les espèces.

On compte plus de 1 500 espèces d'acacias à travers le monde dont près de 1000 uniquement en Autralie. https://fr.wikipedia.org/wiki/Acacia_(genre).

Ce sont des fabacées (Fabaceae ) famille du trèfle, qui a la bonne idée d'abriter des bactéries dans des nodosités des racines, ce qui fixe de l'azote dans le sol, et donc le fertilise.

Le plus courant est le mimosa d'hiver https://fr.wikipedia.org/wiki/Acacia_dealbata (floraison en janvier-février), le plus rustique, il résiste jusqu'à  -10°C. Il ne supporte pas le calcaire. Les pépiniéristes ont sélectionné des variétés aux fleurs plus belles que le type sauvage, mais un peu moins vigoureuses. Et ils les ont greffées sur le "mimosa des quatre saisons" ce qui leur confère les 2 avantages suivants :

-  résistance au sol calcaire (sans intérêt à Saint Brevin)

-  absolument pas de rejets. Pas de risque d'envahissement.

Et quand même un petit défaut : ces variétés "améliorées" sont plus sensibles au froid, les jeunes plants doivent être protégés contre le gel. Et en cas de gel, ils ne repoussent pas du pied.

Ces mimosas ont tous des fleurs jaunes, mais avec des nuances différentes du jaune citron au jaune canari.  Ils sont tous parfumés.

Presque tous les mimosas viennent d'Australie  ou de Tasmanie , le mimosa d'hiver a été introduit au 19eme siècle, et a bien réussi sur la Côte d'Azur. Trop bien car il y est invasif.

Pour information : les grosses branches de mimosa font un très bon bois de chauffage.

Aujourd'hui, nous avons ici un climat qui convient à plusieurs espèces.

On trouve déjà au moins 2 espèces, différentes du standard, dans les jardins et parcs de la ville :

- le mimosa des 4 saisons (acacia retinodes), https://fr.wikipedia.org/wiki/Acacia_retinodes  à feuilles non découpées (ce sont des phyllodes : en botanique, c'est est le pétiole de certaines plantes transformé en organe foliaire), qui fleurit presque tout le temps, mais surtout en été.  Très parfumé.

Sur la photo ci-dessous on peut voir un très jeune plant qui présente des feuilles classiques de mimosa à la base et des phyllodes en tête.

- le mimosa " chenilles"  (acacia longifolia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Acacia_longifolia), joli arbuste  qui fleurit une seule fois au printemps, avec des fleurs en chatons. Mêmes feuilles que le "4 saisons".

Ces espèces sont plus frileuses que le mimosa d'hiver, et ne repoussent pas du pied.

Bien d'autres espèces pourraient être essayées, certaines sont déjà proposées par des pépiniéristes locaux.

Le mimosa pravissima (https://www.rustica.fr/articles-jardin/acacia-pravissima-mimosa-port-presque-pleureur,4254.html)  est à tester. Il possède des "feuilles" triangulaires, petites. Et puis, pour les amateurs on trouve chez les pépiniéristes spécialisés de très nombreuses variétés, plus ou moins rustiques.

 

Liens : parmi de très nombreux producteurs :

http://www.pepinieresdekerzarch.fr/e-catalogue/Arbres-d-ornement-g1/1

http://www.pepiniere-bretagne.fr/index.php

https://www.achat-vente-palmiers.com/fr/164-mimosas

https://www.lamaisondubananier.com/143-arbres

 

Un grand spécialiste des mimosas - le site est très documenté :

http://site.plantes-web.fr/cavatore/726/le_mimosa.htm

 

 

 

 

Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin

Surveillez vos fuchsias : ils ont peut-être la "galle"

Certaines variétés de fuchsias comme le fuchsia de Magellan riccartonii (rustique) sont très sensibles à une nouvelle peste venue du Brésil via la Californie en 1980 et dans notre région (Morbihan) vers 2003.

Il s'agit d'un acarien nommé "Aculops fuchsiae" qui transforme les extrémités des plans en "boursouflures" (voir photo jointe) puis détruit le plant. Il est arrivé chez nous.
Que faire ?

Selon les textes officiels : déclarer la maladie, arracher et brûler les plants.
Un peu sévère, car il est trop tard pour stopper la bête, mais aurait pu être efficace.
Alors : couper toutes les parties malades (tailler sévèrement, les fuchsias repoussent facilement), les mettre dans un sac poubelle bien fermé au soleil " un certain temps" puis se débrouiller avec... Jamais dans votre compost.
Traiter avec un acaricide et refaire le traitement pour tuer les nouveaux nés.
Si le plan est encore malade : couper à ras la terre après avoir traité autour, ou arracher.
Les sites Internet ci-dessous vous en diront plus : http://gardenbreizh.org/articles/article-16-aculops-fuchsiae-la-galle-du-fuchsia-progresse-en-europe.html
http://ephytia.inra.fr/fr/C/18455/VigiJardin-Aculops-du-fuschia
http://www.maison-fuchsias.fr/ACULOPS%20FUCHSIAE/Aculops%20fuchsiae.htm

 

 

 

Au jardin

Connaissez-vous le "Pin Wollemi" ?

Pourquoi l'a-t-on  nommé "pin" ? car cet arbre, qui n'est pas un pin, est de la même famille que les araucarias (les Araucariacées) : en fait les anglo-saxons nomment "pine" ou "cedar"des conifères divers qui ne sont ni des cèdres ni des pins.
Ses "feuilles" ressemblent plutôt à celles d'un if, mais plus grandes, sur 2 rangs superposés  et elles  ne sont pas piquantes. C'est un grand arbre, il peut atteindre 40m de haut. Il porte des cônes femelles et mâles sur le même plant (arbre monoïque). Son nom latin est "Wollemia nobilis", son découvreur étant David Noble. 

C'est un arbre "très spécial" en effet il a été découvert en 1994 en Australie, à 150km au nord-ouest de Sydney, dans des gorges gréseuses inaccessibles situées dans parc nomme "Wollemi".
Autre caractéristique : c'est l'unique représentant actuel d'un genre que l'on croyait disparu depuis des millions d'années, connu au travers d'espèces fossiles, abondantes au jurassique. ( -200 à -65 millions d'années).
On a recensé moins de cent arbres dans la nature à trois emplacements peu éloignés les uns des autres, mais comme il a des rejets de souche, en fait il n'y a sans doute que quelques arbres. Ils seraient très anciens on leur donne 500 ou 1000 ans.
Autre caractéristique de cet arbre,  il est persistant comme les pins ou les chênes verts , mais il ne perd pas ses aiguilles ou ses feuilles : il perd des branches, comme les araucarias.
Il est sensible à l'attaque des racines par des champignons du genre Phytophthora.
Ou peut-on en voir ? Sur Internet : voir bibliographie, sur le terrain : au Jardin des Plantes de Nantes, à Angers au parc Terra Botanica , au Jardin des Plantes  à Paris 5e, et ailleurs... Mais ils ne peuvent pas être agés, car plantés depuis peu.

Peut-il pousser à Saint Brevin ?

Selon la bibliographie, il serait résistant au froid jusqu'à -12°C (comme les mimosas) mais les tests  n'ont sans doute pas été faits sur des sujets plantés en pleine terre. Il lui faut un terrain acide, c'est le cas de nos terres non calcaires. En fait il devrait parfaitement s'adapter chez nous, comme les pins de Monterey.
On peut le tailler car il refait des pousses sur le tronc. On peut supposer que les chenilles ne l'attaqueront pas.
Alors on doit en planter, pour sauver l'espèce, parce qu'il est différent, par curiosité, et parce que c'est un bel arbre d'ornement.

Des graines issues de la première "floraison" ont donné quelques plants de petite taille -  voir la photo d'un bébé pin de 5 mois environ.

Mais il y a un petit hic : ou le trouver ? Et a quel prix ?
La liste ci-dessous donne des indications, il y a d'autres fournisseurs...

Pépiniériste pour achat sur place uniquement :
adresse : Trécrelin, 44410 Saint-Lyphard
http://www.pepinieres-gicquiaud.fr/

Sites pour achat en ligne :

http://www.planfor.fr/achat,pin-wollemi,9983,FR
http://www.achat-vente-palmiers.com/fr/arbres-arbustes/298-wollemia-nobilis.html#.VtQeP-ajHns
http://www.jeunes-plants.fr/3564-jeunes-plants-a-la-vente-acheter-pin-wollemi.html
http://www.plantes-et-jardins.com/p/14361-pin-wollemi
http://www.pepilaurains.com/laurains/1198/boutique/61216/wollemia_nobilis.htm#.VtQhzeajHns
http://www.pepinieres-duval.com/Produits/13-nos-vegetaux/5013-plantes-de-collections/5429-wollemia-nobilis.html

Bibliographie en français

http://france.wollemipine.com/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wollemia_nobilis
http://www.france5.fr/emissions/silence-ca-pousse/reportages/conseils-pratiques_31895
https://fr.wikipedia.org/wiki/Phytophthora_cinnamomi

Sites en anglais :

http://hubpages.com/travel/Wollemi-Pine-Back-from-Extinction

(Ce site montre de belles photos et une vidéo)

http://www.kew.org/visit-kew-gardens/explore/attractions/wollemi-pin
http://www.monumentaltrees.com/en/content/westonbirt/#wollemia

Site très différent du site français, avec explications et photos :
http://www.wollemipine.co.uk/

 

 

Pin Wollemi avec nouveaux troncs sur la tige principale
Pin Wollemi avec nouveaux troncs sur la tige principale
Pin Wollemi avec nouveaux troncs sur la tige principale

Pin Wollemi avec nouveaux troncs sur la tige principale

Au jardin
Au jardin
Au jardin
Au jardin

LES FLEURS SAUVAGES DE MON JARDIN

 

C'est une petite fleur jaune, en étoile, pas très haute, qui pousse abondamment en ce moment dans les bois, les jardins, le bord des chemins. Elle est un peu envahissante, mais ce petit bouton d'or est plutôt joli, alors...
Son nom vient sans doute de sa racine qui forme de petits bulbes, comme de petites figues (figuier en latin : ficus), son nom latin varie avec les auteurs mais on retrouve ficaria qui en français donne ficaire. Il en existe des sous-espèces, celle des bois n'est pas forcément celle des champs, mais je ne peux déterminer quelle est celle de mon jardin.
Parmi ses noms populaires on trouve "Epinard des bûcherons" mais il faut savoir que c'est une plante toxique à l'état cru, la cuisson fait disparaître les substances toxiques. On trouve également le nom d'"Herbe aux hémorroïdes", car elle a prouvé son efficacité pour ces problèmes.
Les fleurs se ferment la nuit. La plante disparait en été, et grace à ses réserves, elle repousse au printemps. Il en existe des variétés décoratives.

 

Bibliographie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ficaire
http://nature.jardin.free.fr/vivace/fbg_ranunculus_ficaria.html
http://www.aujardin.info/plantes/ranunculus-ficaria.php

Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France - Paul -Victor FOURNIER - Editions Omnibus

Au jardin
Au jardin

Les violettes

Le genre "viola" regroupe les violettes et les pensées, il en existe de nombreuses variétés sauvages ou cultivées.

Celles de mon jardin, sont très envahissantes : elles occupent les endroits non tondus régulièrement et forment des tapis de fleurs, ce sont des violettes de Rivin (viola riviniana) caractérisées par un éperon presque blanc et elles
sont dépourvues de parfum. Elles sont abondantes au bord des chemins.

On peut avoir plusieurs variétes plus ou moins spontanées dans les jardins, dont la violette odorante (viola odorata) qui sent bon la violette. 


 

 

Au jardin

Le mouron : de toutes les couleurs

Le vrai mouron (Anagallis arvensis) peut être rouge ou bleu voire rose et c'est une petite plante annuelle de la famille des primevères (primulaceae), mais on trouve des plantes qui lui ressemblent et qui ne sont pas des mourons même si le nom commun est mouron. On peut citer le mouron des oiseaux à fleur blanche, qui est la Stellaire intermédiaire (Stellaria media) une Caryophyllaceae, comme les oeillets.
Il existe aussi une petite fleur jaune qui ressemble au mouron, c'est le "millepertuis  couché" (Hypericum humifusum), de la famille des Hypéricacées, autrement dit des millepertuis.
Toutes ces plantes sont présentes dans mon jardin. Le mouron bleu peut être un mouron rouge qui est bleu ou un mouron spécial, toujours bleu (source Wikipedia)...
Ne pas confondre le rare  mouron bleu avec les véroniques comme la véronique de Perse (veronica persica) abondante.

Au jardin
Au jardin
Au jardin

LES POLYGALES

Les polygales sauvages (dites vulgaires - Polygala vulgaris) de notre région sont de petites plantes herbacées  qui fleurissent longtemps avec des fleurs bleues, roses ou blanches.
Leurs feuilles basales sont très étroites et ne forment pas de rosette. Les bractées (feuille modifiées à l'aisselle de laquelle se forme une fleur) de ses fleurs ne dépassent pas les boutons floraux. Il forme des groupes assez lâches et semble affectionner les sols siliceux et humides.
Cette plante jouit depuis l'antiquité d'une réputation de plante médicinale ; les grecs lui attribuaient le pouvoir d'augmenter la sécrétion de lait ( poly = plusieurs, beaucoup ; gala =l ait).
Depuis, on lui a découvert d'autres propriétés, en particulier, c'est un fluidifiant des sécrétions et expectorant préconisé dans les rhumes et la toux.

Mais il existe beaucoup d'autres polygales (750 espèces). Deux sont souvent plantées dans nos jardin :
Polygala myrtifolia, à réserver à la véranda , car il gèle facilement, originaire d'Afrique du sud.
Le Polygale faux-buis ou petit buis (Polygala chamaebuxus), est un sous-arbrisseau rampant ndigène (montagnes) qui fait de jolies fleurs jaunes et violettes dans la variété "grandiflora".

Au jardin

LIN BISANNUEL

Le Lin bisannuel (Linum bienne), est une plante bisannuelle (ou non) ramifiée de 30 à 60 cm qui porte de jolies petites fleurs bleues ciel. Il est également nommé Linum usitatissimum sous-espèce angustifolium.

Au jardin

Des campanules

Il exite de nombreuses campanules sauvages en France et 2 espèces sont venues spontanément dans mon jardin. Le nom  Campanula, proviendrait du latin campana signifiant « petite cloche » car les fleurs ont cette forme.
La Campanule raiponce (Campanula rapunculus) est présente dans les bois, les prés et les lieux secs. Plante bisannuelle de 40 à 80 cm de hauteur. Commune dans notre région à l'état sauvage.
Cette plante était cultivée comme légume autrefois pour ses racines charnues et ses jeunes pousses. Les feuilles étaient utilisées en salade et les racines étaient soit râpées crues en salade, soit cuites à l'eau.

Au jardin

D'autre part, une belle campanule est arrivée un jour, certainement d'un jardin car, si elle est présente en France, je pense qu'elle ne l'est pas ici. C'est la Campanule à feuilles de pêcher (Campanula persicifolia). Elle est vivace et se sème un peu partout dans le jardin avec des couleurs allant du bleu violacé au blanc pur. Elle peut refleurir après sa floraison de juin.

Au jardin

Les Verveines

La Verveine officinale (Verbena officinalis) est une petite plante vivace de la famille des Verbénacées. qui pousse dans mon jardin, elle est réputée pousser dans les lieux incultes et les friches, ce qui est peu flatteur pour mon jardin.

Elle a une réputation de plante "miraculeuse" car elle aurait de nombreuse propriétés médicinales, tant en usage interne qu'externe  (voir site Internet 1).

Ne pas confondre avec la Verveine citronelle (Aloysia citrodora ou  LippiaTriphyla) également une verbenacée, mais originaire des Andes, qui sert à faire les infusions, elle a également des propriétés intéressantes et donne d'excellentes tisanes seule ou en mélange. Cette plante est assez gélive, mais elle peut pousser assez bien en pleine terre  à Saint Brevin. (2)

1   http://www.masantenaturelle.com/chroniques/herbier/verveine-officinale.php

2   https://fr.wikipedia.org/wiki/Aloysia_citrodora

 

Au jardin

Publié dans Au jardin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mariejoclaude 03/03/2016 22:14

ok ! Claude , ça marche j'ai reçu ta nouvelle publication ! je ne connais pas ce pin Wolle-mi , quel étrange pin , en effet il ressemble d'avantage à un if !
bonne soirée

mariejoclaude 03/03/2016 09:53

Coucou Claude, merci de ton article , nous faisant de la pub ! je suis abonné à la new lettter de ton blog , mais je ne reçois jamais tes articles dans ma boite mail , tu dois oublié de cocher à "émailler mes abonnés " à droite au dessus de publier ,,,
bonne journée !