Nos sorties 2017

Publié le par C.L.

Sortie "Mégalithes du Pays de Retz" le 30/09/2017

 

Nous n'étions pas très nombreux à faire le parcours à la découverte de quelques belles réalisations néolithiques datant de  -5000 à -3000 ans.

Notre guide, Monsieur Patrice Morette-Bourny, Président de l'A.M.E.R.  pour Association Mégalithes en Retz nous avait préparé un itinéraire, avec carte imprimée, comprenant  des monuments situés à Saint Brevin, Chauvé et Pornic.

Non seulement ses explications ont été très intéressantes, mais il nous a fourni des documents sur les sites de Saint Brevin, les dolmens du Pays de Retz et une copie d'un article du Bulletin de la Société Archéologique de Nantes datant de 1885 décrivant les mégalithes de Chauvé à cette époque.

Il y a encore beaucoup de mystère autour de ces mégalithes. Si on a la certitude que les dolmens sont des monuments funéraires, le rôle des menhirs n'est pas défini.

Qui peut vraiment répondre à la question de leur transport ? Les pierres de plusieurs dizaines de tonnes ne viennent pas de la proche région (de type granitique)  car elles sont en grès, que l'on trouve par endroits dans le Pays de Retz

Nous avons pu voir également des photos de quelques objets découverts dans les dolmens : outils, bijoux, poteries... certains venant de très loin.

 La municipalité de Saint Brevin ayant acheté les terrains qui entourent les mégalithes, ceux -ci sont protégés, ce n'est pas le cas dans d'autres communes, en particulier à Pornic ou il y a eu des destructions et peu de mise en valeur.

Après avoir été "christianisé" ou abattus ou découpés pour en récupérer des pierres  il serait temps de considérer que ces reliques sont des témoins d'un temps qui marque le début de notre civilisation et de les protéger sérieusement.

 

http://amer-asso.info/index.html

liens

http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheResultat.aspx?Projet=France&Departement=Loire-Atlantique

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9olithique

 

 

Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017

Visite de la SAS BAUDET à La Plaine sur Mer le samedi 17 juin

L'entreprise se situe dans la zone conchylicole de La Plaine.  Nous avons reçu un accueil exceptionnel de la part de la famille Baudet. Hugo Baudet nous a largement expliqué comment on élève les moules de bouchot, puis nous avons pu voir l'installation de culture de la spiruline et en final, nous avons découvert les produits mis en vente au magasin : moules, bien sur, mais aussi dégustation de préparations à base d'algues marines et vins du terroir (très bon choix à mon goût).

Cette année les moules sont abondantes, et d'excellente qualité, pourquoi l'an dernier était mauvais ? on cherche des explications, sans doute la conjonction de divers facteurs dont le climat.

 Je ne m'étendrais pas sur l'élevage des moules, bien que nous ayons eu des informations très intéressantes sur l'art et la manière de conduire cette activité, je vais vous parler de la Spiruline. Vous trouverez chez Baudet un petit livre intitulé " Les incroyables vertus de la spiruline" de Géraldine Laval Legrain et Benoît Legrain édité par Jouvence.

Voici quelques éléments glanés sur Internet :

 La spiruline est une algue bleue, appelée également cyanobactérie, son nom scientifique est Arthrospira platensis et pas Spirulina, ce nom est celui d'autres cyanobactéries.

Elle vit à l'état naturel dans des eaux chaudes peu profondes et saumâtres de la ceinture intertropicale. (1)

Il existe différents modes de culture selon la taille des installations et des produits finis différents en fonction du mode de séchage.

L'installation de La Plaine est du type "artisanale" et le séchage se fait à basse température, ce qui garde toutes les vitamines dans le produit final. Le produit est extrudé en spaghettis puis cassé en granulé : il est vendu sous cette forme.

Le site (2) indique  :
" La spiruline est une algue bleue, et fait donc partie, à ce titre, des espèces végétales apparues sur terre il y a plus de trois milliards d’années.
Son utilisation par l’homme, en tant que nourriture, remonte quant à elle à quelques siècles, notamment chez les Aztèques qui la récoltaient sur un lac proche de l’actuel Mexico et en faisaient une consommation quotidienne, ou chez certaines tribus du lac Tchad qui la faisaient sécher pour confectionner des galettes.
C’est un aliment d’une richesse extraordinaire, qui était autrefois particulièrement apprécié des travailleurs de force ou d’endurance, et qui est aujourd’hui présenté sous forme de complément nutritionnel.
Répondant d’une manière très appropriée aux problèmes liés aux subcarences en vitamines et oligo-éléments, la spiruline améliore la forme et fortifie aussi bien l’enfant en bas âge que sa mère, le sportif que la personne âgée…
Cette algue est en effet une véritable merveille sur le plan nutritionnel."

Le site (3) donne le tableau suivant :

Tableau de sa composition nutritionnelle

A noter : la forte teneur en fer peut être une contre-indication pour certaines personnes.

 N'hésitez pas à aller sur le site (4) qui donne beaucoup d'indications sur la culture de Hugo Baudet.

Le site (5) donne également des indications sur sa valeur nutritive.

Il y a tant à dire que je m'arrête la. Bonne dégustation et bonne santé à tous.

 (1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Spiruline

 (2) http://www.wiki-bio.com/encyclopedie-des-complements-alimentaires-2/r-les-complements-alimentaires/spiruline

 (3) http://www.spiruline-canebas.fr/page_acces/index.php 

 (4) https://www.spiruline-de-retz.fr/la-ferme-de-retz/

 (5) https://www.consoglobe.com/spiruline-algue-100-bienfaits-3079-cg

 

 

 

 

 

Sortie "Botanique" du 10 juin

 

Nous avions prévu d'aller visiter la flore du bocage brevinois avec une préférence pour le "Terrain des orchidées". Mais deux raisons nous ont fait changer notre destination : la végétation est très en avance cette année, surtout par rapport à l'an dernier et les belles fleurs sont devenues des graines... D'autre part l'herbe est très haute et envahie de fougères aigle, ce qui masque le terrain, devenu chaotique par le labour des sangliers.
Cette sortie était en commun avec la section botanique du Groupe Mycologique Nazairien, ce qui permet de faire connaissance.

Après concertation avec notre guide, Martine (qui est à l'origine de presque toutes les indications données dans ce texte), nous avons opté pour une visite de lieux situés sur les "Terres Rouges" proches de la plage de Gohaud.
Nous avons été surpris par le peu de places restant sur le parking (beau temps un samedi), heureusement doublé par une aire assez vaste pour accueillir les nombreux participants.
Bonne pioche, car nous avons immédiatement trouvé des espèces intéressantes.
Un petit oeillet, très rouge, peut-être Dianthus armeria (1), des ombellifères (nommées maintenant apiacées) : cote à cote de la Berce spondyle (2)  et de l'Oenanthe safranée (4), à ne pas confondre car si la Berce est une plante comestible et médicinale, l'Oenanthe est un poison violent. Leurs fleurs en bouquet est toujours issue d'un seul point de la tige.
La Berce spondyle peut être appelée " Grande berce" mais elle ne doit pas être confondue avec une vraiment grande Berce : la Berce du Caucase qui mesure 2 à 4 mètres de hauteur, jusqu'à 5 mètres, et qui est dangereuse (3).
De belles taches jaunes attirent le regard : du Lotier corniculé (5), un "petit genet " de la famille nommée maintenant "Fabacées" (vient de fève).
Sur le talus de la route nous trouvons la Garance voyageuse (6,7) qui a donné son nom à une excellente revue de botanique. Cette plante est de la famille des Rubiacées.
Comme chez la Garance des teinturiers, la racine est riche en matières colorantes (rubia veut dire « rouge » en latin). Sans doute voyageuse car elle accroche aux vêtements.
Notre arrivée en zone sableuse nous permet de voir de nombreux pompons de Lagure ovale  (Queue de lièvre) et de découvrir du Gaillet des sables (Galium arenarium) (8) en fleur (voir photo), une autre plante de la famille des Rubiacées.
Nous découvrons de nombreuses petites plantes dont des Geranium (ne pas confondre avec les pélargoniums décoratifs de nos jardinières) et des Erodium de la même famille (les Geranium ont des feuilles plutôt rondes et les Erodium plutôt longue). Les trèfles (Trifolium) et les luzernes (Medicago) ont le même aspect, mais si la feuille est terminé par une petite pointe (mucron) c'est une luzerne, Celle que nous avons trouvé, sans doute Medicago minima, une toute petite plante à fleurs jaunes est nettement pourvue de mucron.
Le site comporte deux plantes remarquables, par leur abondance et leur aspect : - les Raisins de mer - Ephedra distachya (9) couvrent de grandes surface, nous les trouvons en pleine "floraison", qui sera suivie de fructifications rouges. Curieusement, cette plante est classée dans les gymnospermes, et se retrouve donc proche des conifères.
- les Aristoloches, (Aristolochia clematitis) (10), ont des fleurs jaunes en tube qui piègent temporairement les insectes, souvent présentes sur d'anciens vignobles.
Mais la plus belle découverte est une toute petite plante,l'Aspérule à l'esquinancie ou Aspérule des sables, (Asperula cynanchica) une autre rubiacée. Voir photo et (11) . Pour bien apprécier la beauté de la fleur, il faut la regarder à la loupe.
Et bien sûr, le fameux oeillet des dunes (dit oeillet de France), abondant sur ce site photo et (12) mais protégé au niveau national (liste réf 13).

Impossible de citer toutes les plantes observées, mais sur le retour en zone boisée, nous trouvons de "l'herbe aux femmes battues" le Tamier (Dioscorea communis) qui était utilisé, bien que dangereux, contre les meurtrissures (voir réf 14).
Nous avons également pu observer du "Petit houx" ou Fragon (Ruscus aculeatus), qui a la particularité d'avoir des feuilles qui ne sont pas des feuilles mais des rameaux transformés en "cladodes". Les fleurs et les fruits (baies rouges) sont attachés directement sur ces cladodes. (15).

Une sortie très riche en découvertes et enseignements, merci Martine.

(1) http://canope.ac-besancon.fr/flore/Caryophyllaceae/especes/dianthus_armeria.htm
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Heracleum_sphondylium
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Heracleum_mantegazzianum
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92nanthe_safran%C3%A9e
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lotier_cornicul%C3%A9
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Garance_voyageuse
(7) http://www.conservation-nature.fr/presentation.php?url=Rubia_peregrina
(8) http://www.florealpes.com/fiche_galiumarenarium.php
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ephedra_distachya
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Aristoloche_cl%C3%A9matite
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Asperula_cynanchica
(12)  https://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92illet_de_France
(13)https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_esp%C3%A8ces_v%C3%A9g%C3%A9tales_prot%C3%A9g%C3%A9es_sur_l%27ensemble_du_territoire_fran%C3%A7ais_m%C3%A9tropolitain
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dioscorea_communis
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ruscus_aculeatus

Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017

Notre sortie "Laisse de mer"
du samedi 13 mai 2017

 

Nous avions déjà fait cette sortie en 2014 (voir l'article "Les laisses de mer" du 28 /4/2014).

Mais c'est avec un plaisir renouvelé que, guidés par Pascal Guégan, nous avons de nouveau parcouru la plage de la Pierre Attelée.
Il nous a expliqué que l'immeuble proche nommé "Mer et Soleil" était au bord de la mer lors de sa construction dans les années 1960, maintenant il en est loin. De plus il était envahi par le sable, ce qui a conduit à créer une dune artificielle devant. Actuellement elle est boisée , donc fixée et le sable est bloqué.

Nous avons constaté que le littoral a beaucoup évolué récemment : une ganivelle (palissade en châtaigner) destinée à montrer le chemin d'accès est enfouie. Le littoral recule et le niveau du sol monte. Le fait de ne pas  ramasser la laisse de mer mécaniquement permet la formation des dunes sur la plage : des plantes pionnières s'y implantent et retiennent le sable.
Lors de notre parcours, nous avons pu voir 2 niveaux de laisse de mer : une plus haute sur le rivage était assez abondante et une plus fine vers la mer, la dernière en date.
Ces laisses sont constituées de débris végétaux, d'algues ( fucus...)  et coquillages vides (sauf quelques huîtres vivantes).
Nous avons pu constater la grande diversité des restes de mollusques et autres animaux qui jonchent la plage. Remarque : cette plage ne recelait que très peu de déchets plastiques.

Préalablement, nous avons visité l'Ecole du littoral, riche de collections diverses et de matériel adapté à l'étude de la nature. Des aquariums d'eau de mer contiennent des richesses collectées par les élèves, en particulier des blennies, petits poissons qui peuvent rester sur le sable à marée basse, se déplacer sur une surface hors d'eau et qui de plus peuvent changer de couleur en fonction du milieu.  

Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017
Nos sorties 2017

Publié dans Nos sorties 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article